Collaboration between INRS, McGill, and U. Montréal: Recruiting two PhD students

McGill University, INRS, Université de Montréal

English
Français



Environmental Science: 2 PhD Opportunities

An interdisciplinary team of researchers from McGill University (Peter Douglas, Cynthia Kallenbach), the Institut national de la recherche scientifique (INRS; Isabelle Laurion, Jérôme Comte), and the Université de Montréal (Roxane Maranger) are recruiting two Ph.D. students for the FRQNT-funded project The role of soil microbial processes in aquatic greenhouse gas emissions in Eastern Canadian permafrost landscapes. One PhD student will be based at McGill University and the other at INRS.

Permafrost degradation has the potential to lead to large increases in ecosystem greenhouse gas (GHG) fluxes. Ponds are hotspots for GHG emissions on permafrost landscapes. What remains unclear is the extent to which upstream soil microbial processes influence the flux and source of GHG emissions from ponds. In this study we will combine in-depth sampling across soil-pond gradients with incubation experiments designed to identify the microbial and biogeochemical variables controlling GHG emission patterns.

Study sites include Bylot Island (Nunavut, continuous permafrost) and a region close to Whapmagoostui-Kuujjuarapik (Nunavik, Quebec, sporadic permafrost). The PhD projects will involve 1) field sampling and in-situ GHG flux analysis, 2) incubations experiments on soils and pond sediments, 3) genomic and microbiological assays, and 4) isotopic, molecular, and elemental analyses of GHG, pond water, and sedimentary and soil organic matter.

This project is ideal for individuals with multidisciplinary interests in microbial ecology, biogeochemistry, soil science and limnology. Previous experience with remote fieldwork, GHG measurements, genomics, environmental microbiology, and molecular, isotopic or elemental biogeochemistry would be valuable assets for these projects. Members of communities that are underrepresented in the Environmental Sciences, including racialized persons/visible minorities, women, Indigenous persons, persons with disabilities, and persons of minority sexual orientations and gender identities, are encouraged to apply. Both Canadian and international applicants are eligible to apply.

The anticipated start date of the projects is January 2021, and the application deadline is August 20, 2020. However, applications will be reviewed on a rolling basis. The successful candidates will be provided a stipend. Applicants should include a cover letter stating research and career goals, and current transcripts and resume. Please send application materials in one PDF file to recrutement@ete.inrs.ca



Deux doctorats en sciences environnementales

Une équipe interdisciplinaire de chercheurs de l’Université McGill (Peter Douglas, Cynthia Kallenbach), de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS; Isabelle Laurion, Jérôme Comte) et de l’Université de Montréal (Roxane Maranger) recrutent deux doctorants pour un projet financé par le FRQNT intitulé Le rôle des processus microbiens du sol dans les émissions aquatiques de gaz à effet de serre des paysages pergélisolés au nord-est du Canada. Un doctorant sera basé à l’Université McGill et l’autre à l’INRS.

La dégradation du pergélisol pourrait entraîner une forte augmentation des flux de gaz à effet de serre (GES) des écosystèmes. Les mares sont d’importantes sources de GES dans les paysages pergélisolés. Reste à savoir dans quelle mesure les processus microbiens du sol influent sur les flux et les sources de GES émis par les mares. Dans cette étude, nous combinerons un échantillonnage détaillé le long du continuum sol-eau avec des expériences d’incubation conçues pour déterminer les variables microbiennes et biogéochimiques qui contrôlent les patrons d’émissions de GES.

Les sites d’étude incluent l’Île Bylot (Nunavut, pergélisol continu) et un secteur près de Whapmagoostui-Kuujjuarapik (Nunavik, Québec, limite sud du pergélisol). Les projets de doctorat comprendront : 1) de l’échantillonnage sur le terrain et l’analyse in situ des flux de GES, 2) des expériences d’incubation sur les sols et les sédiments des mares, 3) des études génomiques et microbiologiques, et 4) des analyses isotopiques, moléculaires et élémentaires des GES, de l’eau des mares et de la matière organique des sédiments et des sols.

Ce projet est idéal pour des personnes ayant des intérêts multidisciplinaires en écologie microbienne, biogéochimie, sciences du sol et limnologie. Des expériences de travail sur le terrain en région éloignée, sur les mesures de GES, en génomique, en microbiologie environnementale et en biogéochimie moléculaire, isotopique ou élémentaire sont de précieux atouts pour ce projet. Les membres des communautés sous-représentées en sciences de l’environnement, incluant les minorités visibles, les femmes, les autochtones, les personnes handicapées et les personnes ayant des orientations sexuelles et identités de genre minoritaires, sont encouragés à postuler. Les candidats canadiens et étrangers sont admissibles.

La date prévue de début des projets est en janvier 2021, et la date limite pour postuler est le 20 août 2020. Toutefois, les demandes seront évaluées lorsqu’elles arriveront et les décisions seront prises au fur et à mesure. Les candidats retenus recevront une bourse. Pour postuler, les candidats doivent inclure une lettre de motivation indiquant leurs objectifs de recherche et de carrière, un curriculum vitae et leurs relevés de notes récents. Veuillez envoyer tous les documents requis en un seul fichier PDF à recrutement@ete.inrs.ca

To apply for this job email your details to recrutement@ete.inrs.ca